How old is my Dueber-Hampden watch?

Frequently asked questions

1. La bière est la boisson alcoolisée la plus consommée en France par les adultes.


Faux. Il s’agit du vin que 3 Français âgés de 18-75 ans sur 10 boivent chaque semaine, avant la bière et les spiritueux. Néanmoins on observe des variations avec l’âge et chez les 18-25 ans la consommation hebdomadaire de bière est de 23 %, devant celle de vin (14 %) et celle de spiritueux (11 %).
Pour en savoir, rendez-vous page 111 de l’ouvrage




2. Les ventes de tabac dans le réseau des buralistes sont passées sous la barre des 50 000 tonnes en 2018.


Vrai. Les ventes officielles de tabac dans le réseau des buralistes se sont établies à 49 740 tonnes en 2018 contre 54 525 tonnes en 2017, soit une diminution de 8,8 %, à nombre de jours de livraison identique. Les ventes de cigarettes (80 % du marché avec 40 232 tonnes) sont en recul de 9,1 % tandis que pour le tabac à rouler le repli atteint 9,8 %.
Pour en savoir, rendez-vous page 162 de l’ouvrage




3. Depuis 2010 la consommation de cannabis n’augmente pas chez les plus de 35 ans.


Faux. L’augmentation de l’expérimentation de cannabis chez les adultes de 18 à 64 ans est passée de 33 % en 2010 à 45 % en 2017. Cette progression régulière s’observe surtout dans les nouvelles générations mais elle entraîne progressivement une hausse pour toutes les tranches d’âge. La consommation de cannabis dans l’année a pour sa part crû entre 2010 et 2017 pour toutes les tranches d’âge, surtout chez les 35 ans et plus.
Pour en savoir, rendez-vous page 118 de l’ouvrage




4. À 17 ans, 5 jeunes sur 10 ont un ordinateur dans leur chambre.


Faux. Les garçons et filles de 17 ans sont en fait plus de 9 sur 10 dans ce cas et ils sont 4 sur 10 à déclarer passer plus de 2 heures par jour devant leur ordinateur.
Pour en savoir, rendez-vous page 130 de l’ouvrage




5. Aujourd’hui l’injection n’est plus la voie d’absorption majoritaire de l’héroïne chez les usagers en France.


Vrai. L’héroïne est souvent perçue comme fortement liée à l’injection mais elle est actuellement majoritairement sniffée sauf chez les usagers les plus vulnérables. L’injection apparaît comme un marqueur de précarité.
Pour en savoir, rendez-vous page 38 et page 138 de l’ouvrage




6. La plupart de la MDMA et des comprimés d’ecstasy qui circulent en France sont produits en Inde.


Faux. La production de MDMA se concentre essentiellement en Belgique et aux Pays-Bas. Une partie des saisies réalisées (plus de 1 million de comprimés en 2017) sont destinées aux marchés espagnol et britannique.
Pour en savoir, rendez-vous page 69 et page 158 de l’ouvrage




7. Le nombre record d’identifications de nouveaux produits de synthèse (NPS) a été atteint en France en 2014.


Vrai. Cette année-là, 54 nouvelles molécules ont été identifiées dans l’Hexagone et 101 dans l’Union européenne. Depuis, le dynamisme de l’offre s’est affaibli. Les substances actuellement les plus recherchées par les consommateurs sont les cathinones ou les cannabinoïdes de synthèse.
Pour en savoir, rendez-vous page 151 de l’ouvrage




8. Le GBL est un solvant industriel.


Vrai. La gama-butyrolactone (GBL) est un solvant industriel qui une fois ingéré est intégralement métabolisé en gama-hydroxybutyrate (GHB). Le GHB est classé comme stupéfiant alors que la cession et la vente de GBL sont normalement interdites au grand public. En cas de dosage imprécis, les risques d’intoxication aiguë sont très importants.
Pour en savoir, rendez-vous page 132 de l’ouvrage




9. La part des amendes dans les condamnations pour usages de stupéfiants a progressé ces dernières années.


Vrai. Parmi les condamnations pour usage de substances illicites, les peines d’amendes se sont généralisées au détriment des mesures à dimension sanitaire. En 2017, elles représentent 70 % du total.
Pour en savoir, rendez-vous page 22 et page 105 de l’ouvrage




10. L’addiction au sport est désormais reconnue par l’Organisation mondiale de la santé.


Faux. C’est l’addiction aux jeux vidéo qui est reconnue par l’OMS comme une maladie, intégrée depuis juin 2018 à la Classification internationale des maladies.
Pour en savoir, rendez-vous page 131 et page 194 de l’ouvrage





The banner below links to the National Association of Watch & Clock Collectors look-up page.

Compiled by Henry Burgell 

(NAWCC Chapter 149)

look up.jpg